Ce que nous apprend la mort d’Azzedine Alaïa…

Beaucoup en Tunisie ont écrit et réagi avec émotions à la mort d’Azzedine Alaia…Qu’on aurait aimé que ces émotions posthumes soient des hommages rendus avant et de son vivant au parcours exceptionnel de l’immigré tunisien qui a conquis le monde entier par son seul talent.

Oui ! Pour nous autres Tunisiens, Azzedine n’est pas  seulement l’icône mondiale de la mode saluée par tous ses pairs. Il est le symbole du succès sans frontières et de la réussite sans diplôme (et sans maaref), quittant sa Jemmal natale dans les années 60 pour venir apprendre humblement en France sa passion de la couture

Certes, Il est certainement le plus doué de sa génération d’immigrés tunisiens partis dans les années 60 pour se donner les moyens de faire vivre leur famille restée au « pays ». A la fois si rare dans le talent mais si représentatif des qualités humaines de sa génération : humilité, travailleur, ambitieux, patriotique…

Avec son départ pour l’au-delà, nous perdons le meilleur des ambassadeurs qu’un Etat pouvait rêver de compter. Un horizon d’opportunités de toute façon inatteignable tant l’incompréhension mutuelle était  grande…A méditer !

Que cette disparition nous guérisse de tous nos maux ! Soyons moins ennemis de la réussite des autres ! Rangeons particulièrement nos rancœurs vis-à-vis de ces milliers de Tunisiens de l’étranger qui comme Azdine, aspirent à s’engager davantage pour la Tunisie et …au crépuscule de leur vie s’y faire enterrer.

Pour que le nom de cet illustre immigré tunisien soit gravé à vie dans la mémoire collective des Tunisiens…pour que son nom soit attribué à des prix, trophées, avenues, lieux publics et lieux culturels en Tunisie.

Azzedine Alaïa

 

Samir Bouzidi /Allobledi

 

Abonnez-vous à notre page Facebook Allobledi

Commentaires