Délit de solidarité : Un restaurant « The Gate » qui porte bien son nom !

Cela partait d’une bonne intention et c’est devenu une polémique relayée par Facebook qui illustre l’individualisme maléfique de ce qu’on appelle en Tunisie les « nouveaux riches » ! Explications…

 

C’est d’abord sur le groupe Facebook « On a mangé pour vous », qu’un témoignage parmi d’autres émerge avec une photo de la scène qui se déroule dans un salon de thé dans les beaux quartier de Tunis. Selon une cliente témoin directe de la scène, un jeune couple aurait généreusement invité deux enfants alors qu’ils mendiaient dans le resto-lounge « The Gate » situé Berges du Lac 2 (Tunis). A son grand étonnement, la famille généreuse s’est heurtée à l’hostilité du staff particulièrement remonté par la présence de ces jeunes, leurs reprochant « leurs habits et leur odeur » et finit par les expulser sous prétexte qu’ils incommodaient les clients. N’était-il pas envisageable de mettre la invités de fortune dans un coin à l’abri des regards ou de leur remettre dans un « bag » à emporter ? Instantanément, les réseaux sociaux s’emparent de l’histoire qui avait été filmée et le post fait le buzz avec 3000 likes en une heure et plusieurs centaines de partages en quelques jours.

Deux jours plus tard, le gérant s’explique maladroitement en prétextant qu’il s’est rangé du côté du confort des clients et que celle-ci ne pouvait pas supporter une telle puanteur, confirmant indirectement la version initiale de la cliente et des témoins directs. Qu’un restaurateur souhaite préserver son standing, on peut l’admettre. Qu’il bloque la mendicité dans son restaurant, c’est compréhensible. Mais qu’il en vienne à refuser la commande de clients charitables qui avaient offert le repas à ces deux déshérités, c’est immoral et inadmissible ! Malheureusement, cette affaire est symptomatique de l’individualisme extrême qui prévaut en Tunisie et de l’ « offshorisation » de certains quartiers huppés réservés aux étrangers et aux Tunisiens nantis ! Nous ne pouvons que recommander à ce gérant d’aller visionner le superbe film « Capharnaum » de Nadine Labaki, récemment nommé aux Oscars. Il suit le quotidien de jeunes enfants confrontés à la misère des rue de Beyrouth…Peut-être que cela l’aidera à comprendre enfin le monde dans lequel nous vivons.

 

Mountaez M

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires