Le « diaspora bond » évoqué par le Gouverneur de la BCT est- il réalisable ?

 

L’analyse comparée des réalités macro-financières et diasporiques en Tunisie avec les pays qui ont réussi le lancement d’opérations de financement complexes auprès de leur diaspora traduit des freins structurels hypothéquant à l’heure actuelle les chances de succès d’un « diaspora bond » tunisien. Ci-dessous, le modèle comparé avec le Nigéria, premier pays africain à avoir levé en juin 2017, 300 Millions de dollars US (taux de souscription de 126%) auprès de sa diaspora en UK et USA.

Notoirement, la Tunisie ne remplit pas 50% des 14 critères clés de réussite et notamment parmi les plus importants :

  1. Connaissance marketing de la diaspora : niveaux d’éducation, de revenus, les modes de vie, les motivations d’épargne, etc.
  2. Canaux relationnels entre le pays d’origine/diaspora (sites internet, réseaux sociaux, évènements dédiés, bases de données…)
  3. Réseaux bancaires professionnels dans les pays cibles de la diaspora
  4. Approbations des autorités de régulation des marchés financiers des pays cibles         
  5. Utilisation des fonds clairement identifiée et garantie pour des investissements (écoles, hôpitaux, grandes infrastructures, création d’emplois au niveau local…     ) et non pas pour du remboursement de dettes
  6. Rémunération attractive et en devises (> 4,5 % net)

 

Critères clés

Tunisie 

Nigéria 

Connaissance de la diaspora & profils

 

 

Niveau de confiance de la diaspora dans le pays

 

 

Connaissance marketing de la diaspora : niveaux d’éducation, de revenus, les modes de vie, les motivations d’épargne, etc.

 

 

Base de chefs d’entreprise, cadres et catégories sociales supérieures > 15% de la population diasporique

 

 

Stratégie publique & liens organiques

 

 

Stratégie nationale de mobilisation de la diaspora

 

 

Canaux relationnels entre le pays d’origine/diaspora (sites internet, réseaux sociaux, évenements dédiés, bases de données…)

 

 

Niveau d’intégration économique et financière de la diaspora dans le pays d’origine

 

 

Réseaux bancaires professionnels dans les pays cibles de la diaspora

 

 

Conditions de l’emprunt

 

 

Garantie souveraine de l’Etat (contre le risque de non-paiement)

 

 

Approbations des autorités de régulation des marchés financiers des pays cibles

 

 

Utilisation des fonds clairement identifiée et garantie pour des investissements (écoles, hôpitaux, grandes infrastructures, création d’emplois au niveau local… ) et non pas pour du remboursement de dettes et/ou paiement de traitements

 

 

Rémunération attractive (> 4,5 % net)

 

 

Remboursements en devises

 

 

Paiements en annuité ou in fine

 

 

Frais de transferts nuls ou réduits

 

 

Absent ou insuffisant  * Passable * Satisfaisante

 

Par Samir Bouzidi*

Fondateur de la start-up Allobledi

Expert en mobilisation des diasporas africaines

 

Abonnez-vous sur la page Facebook Allobledi

Commentaires