Le nouveau conseiller numérique du Président français est un Tunisien de l’étranger

Mohammed Adnène Trojette, l’enfant de la cité agricole de Mornaguia (à 15 km de Tunis) vient d’intégrer le cabinet présidentiel au poste de conseiller en charge du numérique et de l’action publique. Un début de consécration pour cet Ingénieur en informatique et télécoms diplômé des  écoles françaises le plus prestigieuses : Centrale, ENA et Sciences politiques.

A seulement 37 ans, Mohammed, affiche déjà une carrière bien accomplie au sein des prestigieux corps d’Etat français. De 2011 à 2017, il occupe la fonction de secrétaire général adjoint à la Cour des Comptes. Auparavant, il commence par s’exercer dans le corps préfectoral puis poursuit en tant que rapporteur à la Commission Européenne avant d’intégrer le prestigieux Conseil d’Etat. En 2017, il redonne un élan nouveau à sa carrière de haut fonctionnaire en s’essayant comme dirigeant de l’incubateur privé « Liberté living-lab » dédié à l’innovation tech civique et sociale. Que de chemin accompli depuis sa dernière année sur les bancs du Lycée Gustave Flaubert de la Marsa !

Mais loin de l’autosatisfaction, c’est plutôt l’ambition et le sens du challenge permanent qui animent Mohamed. Dans la vie et sur les réseaux sociaux, il est relativement discret ce qui ne le prive pas, en bon développeur aguerri, d’être particulièrement engagé au sein des communautés Linux et Open data.

Un engagement qu’il prolonge dans la société civile au service notamment de la lutte contre la déscolarisation. Malgré un agenda dément, Mohamed n’en oublie pas pour autant ses racines tunisiennes, comme l’atteste sa participation récente à un colloque du Tunisian Think Tank pour contribuer à construire la Tunisie de demain. Et dès qu’il en a la possibilité, il rentre se ressourcer auprès de sa famille et ses nombreux amis du côté de Mornaguia et Tunis.

On lui souhaite bon vent et qu’il continue à porter haut les couleurs tunisiennes !

 

Moumtaez BEN MABROUK

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires