Un consul en France pris en flagrant délit de favoritisme au profit d’un membre de sa famille

C’est une triste réalité que les Tunisiens de l’étranger connaissent trop bien ! Sans « m3aref » (piston), inutile de briguer l’une des rares opportunités de contrat local dans les consulats et autres Tunisair qui sont des privilèges réservés à des proches d’ambassadeurs, consuls ou du personnel consulaire. Dans ce contexte, la nouvelle affaire de népotisme relayée par la presse tunisienne concernant Ali Azzedini, le consul à Toulouse, les encourage à prendre encore plus leur distance avec cette Tunisie là !

Ce qui est nouveau dans l’affaire de Toulouse, c’est le sursaut de la société civile franco tunisienne qui vient briser l’omerta qui règne habituellement dans ce type de situation en interpellant médias et Nejia Ben Abdelhafidh, la députée originaire de Toulouse ! Petit rappel des faits.

Ali Azzedini, est un jeune consul, nommé depuis un peu plus d’un an à Toulouse (France). Le moins que l’on puisse dire c’est que Monsieur le Consul n’a pas perdu de temps pour exploiter les failles du système au profit d’un membre de sa famille. Il y a quelques mois, le consul fait remonter à sa direction au Ministère de Affaires Etrangères, le besoin de recruter en contrat local un agent administratif pour faire face à la surcharge de travail. Sa hiérarchie lui donne le feu vert et l’instruction de tout lancer dans les règles : appel à candidature dans la presse locale, comité de recrutement… Mr le consul dont le sens de la famille est à saluer, fait fi de la procédure et décide de réserver le poste à sa nièce vivant à Sousse qui a une longue expérience dans le…textile !

Rappelons qu’un contrat local est exclusivement réservé à un Tunisien binational ou disposant d’un titre de séjour régulier en France. Un détail pour Ali Azzedini qui préfère faire fi et engage illico presto Asma T., sa nièce chérie non sans une probable complicité au sein du Ministère qui ne pouvait ignorer le statut de résident en Tunisie de la nouvelle embauchée. En quelques semaines, Asma T. débarque à Toulouse avec un visa touristique que l’oncle consul convertira sans peine en titre de séjour après des interventions personnelles auprès de la préfecture locale. Un vrai service VIP !

Les rumeurs ont commencé à enfler quand la nièce maternelle qui ne porte donc pas le même nom que son oncle consul, a pris ses habitudes dorées en étant notamment convoyée matin et soir par le chauffeur personnel du consul… De maîtresse présumée, la vérité a finalement été révélée concernant l’identité avérée de la jeune femme malgré les dénégations perpétuelles du consul.

Alertée par la société civile franco-tunisienne, la députée Nejia Ben Abdelhafidha a fait remonter au Ministre des affaires étrangères qui après enquête, a infirmé la version du consul qui niait jusqu’alors le lien de parenté avec Asma B. Suite à son méfait, Il semblerait que le consul ait reçu un blâme disciplinaire tout en étant confirmé à son poste. Est-il encore en état d’incarner vis a vis de son personnel et de la communauté tunisienne locale, l’exemplarité de l’administration que nous sommes en droit d’attendre ?

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

Commentaires