Ces bonnes résolutions qui peuvent changer notre vie et l’avenir de notre pays !

Nos comportements individuels sont la base de notre qualité de vie et des grands équilibres de notre pays. Dans le contexte actuel d’une Tunisie sans moyens, des changements dans nos attitudes et nos comportements de tous les jours imputeraient positivement notre vie et celle de nos concitoyens. A condition néanmoins que l’Etat impulse ce mouvement par des campagnes incitatives et éducatives…Les bonnes résolutions citoyennes à prendre :

L’Etat n’a plus de moyens et même s’il en disposait il faudrait réduire son train de vie pour mieux se concentrer sur ses priorités stratégiques : chômage,  sécurité (sureté et défense, sécurité alimentaire, sécurité sociale…), éducation…Dans notre pays, trop de fonctionnaires inutiles et de centralisme improductif autour de l’administration. A nous de pousser la réforme en nous éduquant (et nos enfants) à moins solliciter l’Etat !

 

Consommer tunisien. La superpuissance américaine a fondé son décollage sur le patriotisme économique. Fixez-vous pour règle d’acheter tunisien à chaque fois que le choix vous le permet. Consommer tunisien = produire tunisien = employer des Tunisiens !

Manger moins de blé et plus de légumes. Le changement de notre régime alimentaire ferait beaucoup d’heureux. Moins de surpoids et donc de maladies cardiovasculaires, plus d’économies pour l’Etat contraint d’importer 30% de la demande nationale en blé sur des marches internationaux qui s’enflamment, plus de travail pour nos agriculteurs (tomates, pommes de terre…)

Faire moins d’enfants.La Tunisie est déjà assez jeune avec 30% des Tunisiens qui ont moins de 35 ans et par ailleurs le renouvellement des trois générations à suivre est déjà garanti.  Cette jeunesse serait un beau capital si notre économie pouvait offrir à tous une chance et des débouchés. Le chômage des jeunes est structurel : entre 30 et 50% selon les zones… Dans cette période et au moins pour les dix années à venir, rien n’est assuré pour eux ! A défaut d’opportunités pour eux, la jeunesse a un coût pour les familles et l’Etat.

Se chauffer au solaire. Pour protéger notre environnement et surtout faire faire des économies à l’Etat dont l’importation des hydrocarbures (pétrole, gaz…) est la principale dépense en devises. Le soleil est une ressource abondante dans notre pays ! L’Etat doit encourager le changement (primes d’équipement, campagnes d’éducation…).

Plus de citoyenneté. En alimentant moins la corruption des fonctionnaires, payer à temps ses taxes, respecter les institutions, payer ses dettes, s’engager socialement, ne pas jeter les détritus dans la rue…

Travailler plus ! Triste acquis du régime précédent ! Les Tunisiens se sont détournés du travail pour se tourner vers l’argent facile. Il faut réhabiliter le travail et l’entreprise, la seule recette gagnante pour faire redécoller le pays !

Respecter l’environnement. Les déchets font désormais partie de notre quotidien. Nos forêts, plages, oasis… sont en périls ! Il ne s’agit pas de faire plaisir aux touristes mais de garantir une vie normale aux générations à venir. Sans prises de conscience et actions urgentes, « Tunisie la verte » deviendra « Tunisie la déserte » ou « Tunisie la poubelle » !

Vivre en mode « connecté ». Internet ne se limite pas à consulter les selfies des amis sur Facebook. Formidable encyclopédie culturelle et bouquet de services, internet  améliore sensiblement la qualité de vie en plus d’être un formidable gisement d’emplois pour nos jeunes. Aujourd’hui en Tunisie, rien ne décolle car la plupart des « web services » lancés par des « start-up » sont down ! L’Etat doit remettre en cause sa stratégie et mieux jouer son rôle de locomotive (services administratifs par internet…). Dans ce sens, l’adoption de la nouvelle » Start-up act » favorisant le développement des start-up est un pas en avant mais le chemin est encore long.

S’ouvrir davantage au monde ! Nous ne sommes pas le nombril du monde comme le vantait  le régime précédent. Notre système éducatif centré sur lui-mêmeest complètement à revoir. Nos ingénieurs, médecins, avocats…ont encore beaucoup à apprendre. Ouvrons-nous au monde qui a tout à nous transmettre en misant davantage sur la culture, les technologies, les langues étrangères…et l’humilité.

 

Samir Bouzidi

Abonnez-vous sur notre page Facebook Allobledi

 

Commentaires