La Tunisie, mode d’emploi pour bien s‘intégrer !

Malgré leur apparente occidentalisation, les Tunisiens sont au fond très désarçonnants. Dans leur mode de vie, ils sont un mélange de culture latine et arabe encadré par des codes musulmans. Le visiteur de passage en Tunisie perçoit immédiatement la joie de vivre et l’instinct “kiffeur”  des Tunisiens. Les étrangers qui y vivent découvrent  la réalité d’un algorithme plus complexe du Tunisien. Mode d’emploi pour s’intégrer en douceur et vivre heureux en Tunisie…

  • Le « kif » malgré la crise :

    Il ne vous faudra que quelques heures pour vous en rendre compte. Le Tunisien aime bien vivre et partager son bonheur en groupe. Cette joie de vivre est singulière dans le monde arabe à l’exception du Liban. A la moindre note de musique locale, le Tunisien fait spontanément  le pas de danse. Dans les grandes villes, les salons de thé, les restaurants et bars ne désemplissent jamais. Malgré la crise, il trouve toujours  les moyens de se payer une Celtia (bière nationale) quitte à emprunter autour de lui ou se la faire payer!

     

  • « Manger cinq fois par jour » :

    Compliqué de tenir un régime en Tunisie. Mieux vaut oublier ici le fameux précepte « Manger cinq fruits et légumes  par jour». Ici, le féculent est roi et il est quasiment au menu de tous les repas sous des formes divers et variées :  pâtes en sauce, frites, pizza…Malheureusement,  la malbouffe dans les grandes villes prend le dessus sur la bonne cuisine de grand-mère. La jeune génération cuisine nettement moins  et les bons restaurants de spécialité traditionnelle sont une denrée rare. La cuisine tunisienne est également épicée avec  des variantes selon région. Du nord au sud, l’Harissa (sauce nationale) y est même servie en kémia (encas), histoire de se mettre en appétit.

     

  • Relations hommes/femmes :

    Comme dans la plupart des pays arabes, la compagnie des femmes est nettement plus enrichissante. Ces dernières sont plus cultivées, passionnées et engagées que les hommes. Malgré l’évolution des mœurs, les traditions ont la peau dure. A l’homme, les moyens économiques et à la femme sa féminité et sa maternité. Aujourd’hui encore, les rapports de séduction continuent de s’entretenir sur cette base. Dans le couple, le haut niveau de dialogue et de complicité n’est pas toujours naturel. A vous d’éduquer votre partenaire à moins de pudeur. Par ailleurs,  ne soyez pas surpris si au bout seulement de quelques jours ou semaines de relation, votre partenaire féminine se projette avec vous pour la vie et vous parle d’officialiser la relation. Les femmes célibataires subissent une pression sociale et familiale forte si bien qu’elles n’ont pas de temps à perdre. Enfin, dans votre vie de couple, il vous faudra composer avec la présence certaine de la belle famille.

     

  • Tabous :

    Les tabous sont très nombreux en Tunisie  et les femmes sont souvent les premières visées. La religion étant le tabou « roi », ne vous aventurez à  évoquer en public et avec trop de véhémence votre athéisme ou toute autre obédience. Vous serez étonnés par la réaction de vos amis même parmi les plus « progressistes » !

     

  • Administrations :

    A l’image de la circulation routière, il faut apprendre à vous imposer en douceur sinon vous risquez d’attendre longtemps avant d’être servi  au guichet d’une administration par exemple. Un conseil, faites-vous accompagner par un ami qui comprend les codes (corruption…) et parle l’arabe car rares sont les fonctionnaires de base qui maitrisent une langue étrangère. Dans les commerces, ne vous attendez pas à faire la queue de façon bien disciplinée. Là aussi, imposez-vous avec délicatesse !

     

  • Relations sociales :

    Certainement la face la plus obscure du Tunisien. En règle générale et sans vouloir généraliser,  le Tunisien ménage toujours celui qui est matériellement intéressant pour lui. Plus vous êtes haut sur sa « chaine d’utilité » et plus il  investira dans la relation (invitations, services rendus…) avec l’objectif d’en récolter quelques bénéfices (aide, service, prêt d’argent…). Dans ce pays, la relation se construit (et se détruit) par « l’affectif», intégrez en conséquence  les codes de langage et les attitudes usuelles. Par exemple, le Tunisien ne disant jamais non,  il préfèrera employer le « inchallah » (si dieu le veut)  afin de ne pas froisser son interlocuteur et risquer de le perdre.  Autre point, apprenez à filtrer le comportement volontiers « vayassa » (« frimeur ») de certains hommes (et même des femmes) visant à se présenter socialement sous leurs plus beaux habits (profession, situation familiale, patrimoine…) mais très souvent fictifs.

     

  • Passions et aspirations :

    D’origine très conforme au modèle de vie du musulman, les choses évoluent notamment avec les femmes et les jeunes qui stimulent de nouvelles activités (sports, culture, associations…).  Quelque soit le milieu social, le Tunisien aspire  à  ces deux réussites : familiale et patrimoniale (voiture, maison…). Avec  l’âge, il se rapproche de la religion même si  avec l’évolution politique récente, les émules sont  de plus en plus jeunes.  Traditionnellement et aussi par faute de moyens, le Tunisien adopte une vie plutôt austère en semaine et pendant le week-end il sort en famille (shopping, visite à la famille…) ou en célibataire (bars, match de football…). L’été avec le soleil durable et le retour de la famille à l’étranger est la saison de tous les plaisirs (plage, mariages…).

     

  • Rapport au temps :

    Pour le Tunisien, le temps n’a que peu de valeur ou pas de valeur! Cinq minutes équivalent à deux heures. Conséquence sociale, la nonchalance va crescendo jusqu’à la belle saison. Si vous travaillez, il vous faut composer avec des temps de pause toutes les deux heures et une ponctualité subjective.

     

  • Langage :

    En dehors de la Tunisie, le dialecte tunisien n’est compris qu’en partie en Libye. Il se caractérise notamment par la prédominance  de mots français “tunisifiés” et surtout de grossièretés même si dans l’esprit elles ne le sont pas.  Rares sont les conversations quotidiennes qui ne sont pas ponctuées des équivalents tunisiens de « Putain de ta … », « Ta mère… »,  « ton zob… ». Étrangement, ces grossièretés peuvent selon le contexte être employées à usage de compliments.

     

  • Circulation routière :

    Bienvenu en Afrique ! Des voitures mal réglées et des conducteurs inconscients du risque mortel, la circulation notamment aux heures de pointe dans les grandes villes relève du cauchemar. Dieu soit loué, le parc automobile ne compte pas davantage de  cylindrées puissantes. Les infractions au code de la route les plus fréquentes : dépassements par la droite, pas de clignotants, passage en sens interdit ou au feu rouge…Dernier avertissement, évitez de prendre de nuit les routes de campagne !

     

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires