Une Américaine qui s’investit sans compter pour vendre l’artisanat tunisien

Les palmiers, la mer, la douceur de vivre… Culturellement, la Tunisie et l’Etat de Californie étaient faits pour s’entendre. C’est sûrement une des raisons pour laquelle « Soukra », un shop-en ligne dédié aux produits tunisiens et basé à San Francisco fait parler de lui en ce moment sur la côte ouest américaine ! A l’occasion de l’ouverture de son pop-up store, on revient sur cette belle naissance.

Du 18 au 24 Mars, c’est un petit air de Tunisie qui flotte sur la baie de San Francisco. On le doit à Pauline Eveillard, une américaine fondatrice du shop en ligne « Soukra » crée fin 2017 rassemblant divers items (décorations, vêtements, etc.) de jeunes créateurs tunisiens. A l’image du fameux Golden Gate, elle a réussi à créer un lien entre deux points et deux continents séparés d’une dizaine de milliers de kilomètres !

C’est en 2005 que son aventure commence. Sur recommandations d’un professeur à l’université, la jeune étudiante en histoire de l’art décide de participer au programme J.William Fullbright qui organise chaque année des échanges académiques avec d’autres universités de par le monde. Son choix se fixe sur Tunis afin d’y étudier le riche patrimoine romain. Francophone, elle se fait rapidement des amis et à un véritable coup de cœur lors de son séjour.

Si elle a quitté le pays il y a plus de dix ans, son cœur est resté en Tunisie ! Malgré le temps qui passe, la jeune femme n’oublie rien et bien au contraire, elle décide de partager cette culture vivante avec ses compatriotes en lançant à ses heures perdues un premier business axé sur la fouta nationale !

Le shop en ligne « Soukra » n’en sera que la suite logique. Il rassemble le travail de designers tunisiens tels que la créatrice de mode Anissa Aida, le cordonnier les Trois Chameaux ou encore les artisans de Akam. Des dengris griffés y côtoient des sets revisités de chich-bich. Tout y est sauf peut-être la chéchia !

Elle entame dans la foulée un blog en anglais nommé « Made in Tunisia » qui cherche à donner la parole à tout ce beau monde. Pour qu’ils décrivent leur Tunisie à eux, sans clichés.

Cette semaine marque donc la deuxième édition du pop-up store en deux ans et demi d’existence. Le choix d’un magasin éphémère à l’arrivée du printemps est astucieux. Il permet au shop encore relativement confidentiel d’apporter un peu de fraicheur aux fashionistas toujours avides de nouveautés. Le tout en évitant de se contraindre à l’acquisition d’une enseigne dans une ville ou le mètre carré peut atteindre les 14 000 dollars.

La communauté tunisienne aux Etats-Unis est marginale mais costaud et on souhaite que leurs énergies fassent grandir cette belle graine !

 

Moumtaez BEN MABROUK

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires