Billet d’avion, l’Algérie bouge alors que la Tunisie fait mine de ne pas entendre la colère !

Les Algériens de l’étranger, principalement concentrés en France, ont gagné une première bataille. Faisant face comme les Tunisiens de l’étranger à des prix des billets d’avion abusifs en été, ils viennent d’être en partie entendus par la compagnie Aigle Azur. Depuis mars dernier, celle-ci consent des remises mais surtout via son site web elle propose le paiement en plusieurs fois pour tout achat de billet(s) compris entre 100 et 4 000€.

Concrètement, le paiement en plusieurs fois permet aux voyageurs de financer la totalité d’un panier en paiements fractionnés de 3 ou 4 mensualités. Pour cela, rien de plus simple, le passager aura uniquement besoin de se munir d’une carte bancaire Visa ou Mastercard pour effectuer son paiement et cela sans aucun justificatif annexe.

Pour le paiement en 3 fois, le montant des frais s’élève à 1,59% et à 2,40% pour le paiement en 4 fois du montant global de la commande.

Le Directeur commercial de la société justifie ainsi cette innovation : « Le paiement fractionné répond à une forte demande d’une partie de nos clients, qui souhaitent anticiper l’achat de tous leurs billets d’avions, notamment pour les vacances scolaires d’été et bénéficier ainsi des meilleurs prix en réservant le plus tôt possible. Cette solution de paiement, développée en partenariat avec Banque Casino, s’inscrit dans la stratégie de proximité qu’entretient Aigle Azur avec ses clients ».

Rappelons que le paiement fractionné est l’une de mesures proposées par Allobledi dans notre article (A Mr le Premier Ministre, voici cinq mesures phares pour faciliter le retour des Tunisiens de l’étranger en été !).

A la date d’aujourd’hui alors que les actions de protestation se multiplient contre la cherté des billets d’avion en été, nous regrettons l’absence de réaction de la part de Tunisair, du Premier Ministre, du Ministre du transport, Ministre du tourisme ou du Secrétaire d’Etat aux Tunisiens de l’étranger.

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires