Jasmin Airways prend enfin son envol

Une nouvelle compagnie tunisienne, c’est suffisamment rare pour être souligné ! Les opérateurs sont peu nombreux et le marché, verrouillé pour Tunisair. Passé l’étonnement, que faut-il attendre de la nouvelle compagnie aérienne « Jasmin Airways » ?

Pour démarrer, la nouvelle compagnie devrait mettre en place ses premiers vols sur la ligne Monastir – Sarajevo à compter de cet été prenant ainsi le relai de Tunisair Express dès juin 2019 sur cette desserte. L’information est néanmoins à prendre au conditionnel car la start-up est une habituée des effets d’annonce.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’entrée sur le marché de Jasmin Airways est poussive. Les fondateurs ne partaient pourtant pas la fleur au fusil. Petit retour en arrière ! Ali Ben Amara, dentiste de métier et pilote ainsi que Mehdi Gharbi, ancien directeur général de Karthago Airlines créent la société en 2011. L’objectif affiché de ces hommes d’affaires expérimentés est de se spécialiser dans les vols charters en prenant pour base l’aéroport d’Enfidha, à quelques kilomètres de Hammamet. Ils assurent alors pouvoir créer plus de 800 emplois directs et indirects mais ils se heurtent à un mur : le Ministère des transports. Ce dernier subit en effet une intense pression des puissants syndicats de Tunisair, même si l’autorisation de vol est finalement accordée fin 2014.

Car la gazelle ailée défend âprement son territoire, comme on l’a vu récemment encore avec le gel de l’Open Sky sur l’aéroport de Tunis pour cinq ans afin de protéger la compagnie nationale de la concurrence. Et depuis ? L’ambitieuse start-up qui comptait au départ acheter ses premiers appareils, et non les louer, a sérieusement calmé ses ardeurs. Pas de vols effectués à notre connaissance, une communication inexistante de la compagnie jusqu’à la semaine dernière. C’est à se demander s’il y a un pilote dans l’avion. L’ouverture du site internet est toutefois prévue pour Avril 2019.

Le cas Jasmin Airways est symptomatique de la difficulté pour des nouveaux opérateurs à pénétrer le marché du transport aérien en Tunisie. A ce jour, la compagnie est le deuxième acteur privé à avoir tenté l’aventure depuis 2011. Syphax avait elle été placé en liquidation judiciaire en 2015 avant de réobtenir une autorisation de décoller au début de cette année, malgré des dettes considérables.

 

Moumtaez BEN MABROUK

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires