Ryanair et Easyjet discutent avec le ministre du tourisme René Trabelsi

A la lecture d’un article de Tourmag, on se réjouit de la position de Mr Le ministre du tourisme, René Trabelsi en faveur de l’Open Sky qui n’était pas aussi claire avant son mandat ministériel ( Blocage de l’Open Sky, qui croire entre la Tunisie et l’Union Européenne ? ).

Le ministre dont la première qualité est le pragmatisme est le mieux placé pour savoir qu’il ne pourra pas atteindre ses objectifs ambitieux en misant principalement sur une compagnie aérienne nationale (Tunisair) chancelante.

Dans l’article cité, René Trabelsi a rappelé avec force son objectif d’1,4 million de touristes français en 2020 et son ambition de ramener le marché français à la pole position qui était la sienne en 2010. Dans cette perspective, la priorité est donnée à l’aérien avec pour effet de lutter contre les prix démesurés « Il arrive régulièrement de trouver des allers-retours à plus de 1 000 euros » rappelle-t-il avant de poursuivre en ces termes, “La Tunisie est favorable à l’Open Sky. Nous avons paraphé les accords avec l’Union européenne… Personnellement, je suis pour l’open sky en Tunisie, c’est très important pour nous,” explique-t-il !

Selon ces propos, le cap est donc donné ! La Tunisie a misé clairement sur le ciel ouvert et seules des contraintes conjoncturelles seraient responsables du retard dans la mise en œuvre de l’accord (difficultés financières de Tunisair et Brexit). Et comme un gage de bonne volonté, ce dernier a évoqué des négociations en cours avec Ryanair et Easyjet pour des projets concrets dès 2020.

Ainsi et afin de préserver Tunisair dont une aide d’Etat va être débloquée par l’Etat dans les prochains jours (dixit le ministre), les nouvelles compagnies pourront atterrir à Djerba, Monastir, Tabarka et à Tozeur et, seulement en 2024 à Tunis. L’engagement est pris…

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires